Accueil > Tests > NieR - Test sur Playstation 3 (PS3)

NieR - Test sur Playstation 3 (PS3)

vendredi 30 avril 2010, par Cally

"Son destin est maculé de sang. Sa voie est tracée par la vengeance. Ses rêves sont hantés par la trahison." C’est ainsi que se présente le dernier jeu en date des studios Square Enix : NieR.
Développé par Cavia, le titre, classé dans le genre Action-RPG, a la dure destinée de sortir après le très attendu Final Fantasy 13. Les deux jeux, sortis sur Xbox 360 et PlayStation 3, sont-ils de la même veine ? C’est ce que nous allons voir…

Scénario

2049, dans un futur post-apocalyptique.
Les derniers représentants de l’humanité combattent pour leur survie dans les rues enneigées d’une mégapole moderne en ruines. L’un de ces guerriers, NieR, lutte contre les mystérieuses Ombres qui tentent d’attaquer sa fille, Yonah. Le père protecteur finit par accepter l’aide d’un vieux grimoire, Weiss, détenteur de pouvoirs surnaturels et des plus bavards.
1300 ans plus tard…
La technologie a disparu de la surface de la Terre, où la nature a repris tous ses droits. Dans ce monde rustre et médiéval, les survivants doivent faire face à deux menaces : le virus Black Scrawl, une étrange maladie qui décime la population, couvrant le corps de ses victimes de symboles runiques avant leur mort ; et les Ombres, créatures toujours aussi redoutables qui s’approchent de plus en plus des habitations.
NieR, quant à lui, poursuit sa quête du remède au mal mortel qui tue Yonah et combat les Ombres, assisté du grimoire Weiss, qui récupère un à un les anciens sortilèges oubliés…

Gameplay

Dans un futur (pas si lointain ?) post-apocalyptique, NieR affronte des adversaires redoutables et manie comme il peut les armes de fortune qu’il trouve sur son chemin. Après avoir pactisé avec le vieux grimoire Weiss , il vient à bout de ses adversaires à coups de sortilèges…
On retrouve les deux personnages, quelques 1.300 années plus tard, sans souvenir du passé, dans un monde médiéval où NieR a pris l’apparence d’un téméraire chevalier d’héroic-fantasy, épée à la main, et cherche, encore et toujours, à sauver sa fille, Yonah, de la terrible maladie qui la condamne.
A partir de la ville, qui fait office de hub central et où la bibliothèque, aux livres désormais indéchiffrables pour les habitants, est le seul lien avec le passé, le joueur explore le nouvel univers du héros et peut accéder à la majorité des lieux.
Pendant les premières heures de jeu, NieR s’attache à quelques quêtes annexes peu passionnantes comme la chasse aux moutons ou la pêche. Il faut pas mal de motivation pour passer outre ces missions répétitives et franchement sans intérêt et accéder, enfin, au meilleur du jeu, au cœur de l’histoire : la lutte contre les Ombres et contre la maladie.

Accompagné du fidèle Weiss, NieR va tenter de récupérer, un à un, les sortilèges oubliés par le vieux grimoire en les arrachant aux Ombres. C’est ainsi d’un véritable arsenal magique dont va disposer le courageux papa de Yonah. Celles-ci s’utiliseront et se gèreront comme dans tout RPG, une jauge venant s’ajouter sous la barre de vie. A savoir que si le niveau de la jauge remonte automatiquement, le sang des adversaires lui permettra de se remplir bien plus vite. Au joueur, donc, de trouver le juste milieu entre attaques physiques et magiques, pour faire la meilleure utilisation des armes à sa disposition.
Les sorts lancés avec l’aide de Weiss varient tant de fond que de forme. Véritable sortilège ou attaque magique (javelot magique, lames tranchantes, orbes de feu), vous aurez la possibilité d’augmenter leur puissance grâce au système des mots (en assignant des mots à chaque arme, celles-ci gagneront en force). Plus les invocations seront longues, plus puissants seront les sorts et coups portés.

Venons-en maintenant à l’action bourrine plus classique !
Le système de combat est des plus simples : une touche, une action ; une gâchette, une action. Attaque, contre-attaque, esquive et sortilège s’enchaînent avec une jolie facilité. Certains combos donnent naissance à des attaques toutes particulières et peuvent même permettre d’achever violemment un ennemi déjà à terre.
La mise en scène des combats se révèle souvent spectaculaire contre les boss. Boss dont il faudra trouver le point faible. Mais attention ! Une fois celui-ci décelé, le joueur ne dispose que d’un temps fort limité pour mettre un point final au duel. Le délai passé, le boss recharge ses batteries et tout est à refaire.

L’arsenal de NieR est, bien évidemment, évolutif. Chaque arme peut ainsi être améliorée par un petit passage à l’atelier du forgeron du village, à condition de disposer des matériaux nécessaires. Des quêtes pour ces éléments sont à mener, ici et là, au cours du jeu.

Si NieR est présenté comme un Action-RPG avec toutes les caractéristiques du genre (gestion des items, expérience acquise au fil des combats), il n’a pas grand-chose à envier aux beat’em all les plus intenses et fait également d’assez nombreuses références aux classiques du shoot’em up et du hack’n flash.

Jouabilité

Pas d’observation particulière quant à la jouabilité de NieR. Avec la petite partie didacticielle des premières minutes de jeu, où l’on apprend combos, blocages et autres exécutions, on prend rapidement le jeu en main. Mais il faut veiller à ne pas combattre n’importe comment n’importe quel adversaire.
Les touches et gâchettes, bien spécifiques à chaque action, permettent d’enchaîner facilement les coups durant les combats.

Graphismes

La grande faiblesse du jeu réside dans sa qualité technique et ses graphismes…
En vrai : des graphismes peu attrayants, un manque cruel de scènes cinématiques, des décors assez pauvres, un aliasing omniprésent et des textures particulièrement mauvaises pour un jeu destiné aux consoles HD que sont la PlayStation 3 et la Xbox 360.
On ne s’attardera pas non plus sur les effets spéciaux et mouvements de caméra décevants, malgré un petit clin d’œil à Zelda.
Les combats sont, heureusement, réussis et l’animation du héros correcte.

Ne nous attardons pas sur ce qui fâche et passons tout de suite à la jolie surprise de NieR.

Sons

La bande originale est, au même titre que le scénario, le point fort du jeu !
Les compositions de Keiichi Okabe accompagnent le héros dans toute la variété de son aventure, s’accordant à merveille aux différents environnements. Chœurs, instruments classiques et chants marquent l’esprit du joueur et participent à l’ambiance si particulière du jeu.

Côté doublage, il faut se contenter de la langue de Shakespeare mais ne soyons-pas de mauvaise foi. Les voix anglaises ont fait un joli travail et nous tirons particulièrement notre chapeau au doubleur du bavard grimoire Weiss.

On notera également des dialogues parfois particulièrement savoureux, sarcastiques et politiquement incorrects. Les personnages secondaires pouvant faire, par leur originalité, de l’ombre au héros qu’est NieR.

Durée de vie

Une bonne vingtaine d’heures est nécessaire pour boucler le jeu de manière linéaire.
Mais si vous êtes persévérants et vous laissez aller aux quêtes annexes, à l’amélioration des armes, et au déblocage des fins alternatives qui vous offriront des éclairages intéressants sur le scénario, ce sont de nombreuses heures supplémentaires qui viendront enrichir l’expérience de NieR.

Conclusion

NieR se démarque par une histoire profonde, sombre et cruelle qui fait tout son charme, mais à laquelle le joueur n’est pas forcément habitué. Il faut faire preuve de beaucoup de persévérance pour passer les premières heures de jeu. Sans quoi on a vite fait de laisser la quête du héros de côté, fatigué par les quêtes annexes ennuyeuses proposées au départ.
Une fois sa patience mise à rude épreuve et sa tolérance face à des faiblesses techniques testée, le joueur est récompensé par une immersion dans l’atmosphère envoûtante de NieR et son combat pour sauver Yonah.
NieR est un Action-RPG atypique qui ne séduira pas tout le monde mais qui mérite néanmoins qu’on lui donne une vraie chance de surprendre !

Note : 15/20

Répondre à cet article


JeuxJeuxJeux.fr - Nintendo Switch - Sony Playstation 4 et PS Vita - Microsoft Xbox One - Jeux Vidéo PC - Jeux Vidéo Smartphone - Jeux Vidéo - Forum Cel - Cinéma, DVD et Blu-Ray - Mangas et Animation - Musique - Webou.com - Buffy, Angel, Firefly & Dollhouse - PS3 Spirit - Actu Game - Echange de jeux vidéo

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0